La vie Communale

Historique

? Nom de la commune

Avant la révolution, la commune de Juvigné portait le nom de Juvigné Montanadais (en latin: SANCTUS MARTINUS DE JUVINEOI). Cependant, plusieurs versions ont été données. La plus plausible est celle qui indique que le mot Juvigné vient de Jovis (Dieu) et celui de Montanadais de montagne. En effet, le rocher de la Pierre Thomas (la pierre pour voir) était un excellent poste pour surveiller la vallée de la Vilaine et le chemin Ernée-Vitré. Juvigné-des-Landes apparaîtera seulement après la révolution, pour disparaître il y a quelques dizaines d'années laissant place à Juvigné seul.

? Population

Selon le recensement de 1896, la population totale s'élevait à 2533 habitants. La densité de la population étant de 40 habitants au km²

? Hydrographie

Il y a de nombreuses sources, la plus importante donne naissance au fleuve côtier "La vilaine" qui traverse l'Etang Neuf, un des plus grand du département (63 hectares).

          

 

Constitution géologique du sol   

Selon la monographie de la commune réalisée en 1900, le sol de la commune apparaît comme granitique et très argileux.  Cela étant, il est suffisamment consistant pour permettre d'y cultiver les céréales tels que: froment, orge, avoine, sarrasin et fourrages artificiels...

La commune de Juvigné est traversée par les collines du Maine qui ont une altitude de 200 mètres. Les principaux points culminants sont le signal de la Pommeraie 255 mètres et celui du Bois de Châtenay, 207 mètres.

Le pays très accidenté offre des vallées assez profondes, il est silloné par de nombreux chemins ruraux, bordés d'arbres de différentes essences qui donnent à la campagne une apparence boisée.

Agriculture

En 1900, on recense 353 fermes exploitées par les métayers ou colons et par des fermiers avec bail. Si les exploitations sont nombreuses, leur étendue est restreinte (60 fermes au dessous d'1 hectare, 88 de 5 à 20 hectares, 60 de 20 à 30 hectares...) Les divers amendements et engrais employés sont la chaux que l'on trouve en grande quantité à Bourgon et au Bourgneuf. Le phosphate et le superphosphate sont aussi utilisés. Les instruments agricoles perfectionnés commencent à être mis en pratique.  

 

 L'Eglise Saint-Martin

 Elle fut construite en 1863 par M. Renous, l'Abbé Fricot étant alors curé de Juvigné. D'un point de vue architecturale, il s'agit d'un style néo-roman de transition. Elle offre intérieurement l'aspect d'une croix latine avec son choeur à 3 absides. Elle est dédiée à Saint-Martin.

  La chapelle Saint-Roch

Tous les habitants connaissent cette chapelle, pour être la chapelle du cimetière. Cette dernière garda un culte jusque dans les années 1970 où certains se souviennent encore d'y avoir servi l'office des rogations. La date de construction est peut-être antérieure au XVIIème siècle puisque son nom apparaît dans une remembrance de 1686. Un curieux témoignage d'une notice du comte du Pontavice vers 1925 viendrait confirmé cette approximation.  Celui-ci découvrit sous l'autel de l'oratoire de la Prunelaie une statue en bois vermoulue de Saint-Roch. Il pense qu'elle provenait de la chapelle du même nom et la date des années 1500. Cette statue a hélàs disparu et nous oblige par conséquent à une réserve sur ce témoignage. Cependant, si cette datation s'avérait réelle cela signifierait qu'une chapelle existait au XV ou XVIème siècle. Le bon St roch étant invoqué pour la peste et autres épidémies...